Commerce – vente

La grande famille du commerce résiste plutôt bien malgré la crise, surtout celui destiné à l’alimentation. Les recrutements se font à différents niveaux, du BTS au master. Néanmoins, le secteur reste marqué par un fort turn-over.

Le secteur

Secteur de l’économie à part entière, le commerce concerne toutes les entreprises tertiaires et industrielles qui distribuent, achètent (de la matière première, des outils…), vendent, échangent sur le marché national ou international. Grands groupes ou petites et moyennes entreprises (PME), tous emploient des commerciaux. Sédentaires, représentants pour le compte d’une société ou de plusieurs, agents commerciaux… leur objectif : faire croître le chiffre d’affaires, trouver des nouveaux clients, fidéliser les anciens.

Sur les 3 millions de salariés que compte le secteur, 600 000 travaillent dans la grande distribution, qui reste un vivier d’emplois important. Très féminisée, elle offre des contrats stables (89 % de CDI), mais beaucoup à temps partiel. Les jeunes y sont bien représentés, ainsi que les ouvriers et les employés.

Le « B to B » (business to business, ou échanges commerciaux entre les entreprises) emploie 1 million de personnes. Le reste est constitué d’artisans (boulangers-pâtissiers, charcutiers…), mais aussi d’employés des boutiques de quartier, des magasins spécialisés (bricolage, hi-fi…) et des sociétés de vente à distance. D’ici 2015, les experts estiment à environ 50 000 le nombre d’emplois salariés créés par le « B to B ».

Les métiers

Dans la grande distribution, les hôtesses de caisse et les employés commerciaux représentent près de la moitié des effectifs. Traditionnellement, ceux qui sont amenés à encadrer les jeunes diplômés font souvent leurs armes en tant que vendeur, puis chef de rayon, pour évoluer vers un poste de chef de secteur.

Dans le commerce « B to B », la moitié des embauches concerne les fonctions commerciales : vendeurs itinérants, cadres commerciaux et technico-commerciaux. Qu’ils exercent en agence ou dans un centre d’appels, les conseillers de clientèle, téléopérateurs et responsables de point de vente constituent le gros des effectifs de la banque et de l’assurance. Pour faire face à la concurrence, les fonctions commerciales et marketing sont celles qui recrutent le plus de cadres (manager d’équipes commerciales, directeur de magasin…).

Une expérience à l’étranger ou des premiers pas en alternance sont souvent un plus à afficher sur son CV, de même que la maîtrise d’une, voire deux langues étrangères. Et, face à l’explosion des achats en ligne, les compétences en e-commerce sont très appréciées.